Publié le

Les rêves – page 3

 

Le mot » ange » signifie « messager » . Ainsi les rêves , ces messagers qui  assurent une relation entre inconscient  et conscient, sont comme des anges!

Chaque soir avant de s’endormir il est  important de demander – vous pouvez  demandez à votre inconscient, à votre ange gardien, à votre double quantique, à Jésus, Marie…comme vous préférez- de vous apporter pendant la nuit la solution à tel problème ou blocage que vous rencontrez en ce moment, un éclairage sur une situation confuse…C’est la dernière pensée avant de s’endormir qui est essentielle.

 

Immanquablement la réponse vous est donnée, même si vous ne vous souvenez pas de votre rêve, même si vous n’arrivez pas à l’interpréter, à le lire. Lire. Le verbe « cara » en Hébreu: Il est mentionné dans la Genèse biblique bien que la traduction n’en donne pas l’esprit.

 

« Dieu les bénit et leur dit:

« Soyez féconds, multipliez, emplissez la terre et soumettez là; dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur la terre. »

Genèse 1,28.

 

Nous avons  là le plan de route de notre individuation

Tout d’abord, être fécond, créatif, multiplier. Pas de travail d’élévation et de conscience sans enracinement à la terre, vivre pleinement notre incarnation, nous sommes des êtres de chair et de sang. Sans  toutefois nous laisser prendre au piège de l’illusion -ce qui est le propre du grand séparateur, le diable- de la matière

Lors des rites pratiqués dans les sagesses  chamaniques par exemple , avant d’expérimenter voyages  et autres états modifiés de conscience, les personnes sont invitées à ressentir pleinement le contact de la terre sous leurs pieds nus, de sentir comme des racines sous la plante des pieds qui va profond vers la terre  et alors monte par les pieds, dans les jambes et tout le corps l’énergie de cette terre ,son feu, lave, ses eaux souterraines, cette terre qui est notre mère, qui nous porte et que nous enfantons à notre tour; Cette terre à aimer, à protéger.

Le « dominez » ainsi traduit  est archifaux. Le verbe utilisé, » cara » signifie à la fois, nommer, lire, interpréter. C’est l’un des aspects extraordinaire des mots en hébreu, de dire une chose et souvent son contraire et d’ouvrir une multitude de sens. »Un éclat de lire » comme raconte le titre du livre de Marc Alain Ouaknin. Cette ouverture de sens fait que dans le Talmud la vérité reste ouverte et insaisissable. Il n’est pas indispensable de vouloir avoir raison à tout prix, de vouloir faire triompher une seule version de la « vérité ».D’ailleurs une vérité enfermée qui devient une certitude est tout sauf la vérité, cela devient un vieux dogme rabougri sans sève de vie, enfermé et enfermant…et quand l’Enfer me ment…

L’Adam, l’être humain donc est invité à « cara », à lire, à nommer à interpréter. Quoi?  » les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur terre »

Les poissons, dag en hébreu parlent d’un passage, une porte à franchir -D, dalet veut porte la porte, delet- pour trouver à l’intérieur -symbolisme du G , en allant d’oasis en oasis comme Gamal, le chameau qui traverse les déserts,-le A, alef représentant l’unité au coeur du silence, la présence Divine en Soi et partout. Il s’agit là d’interpréter les signes, paroles ,expressions de l’inconscient, individuel et collectif. Le premier hiéroglyphe de la lettre Noun  est la figure d’un poisson qui sort de l’eau: l’inconscient qui devient conscient, c’est à dire que là nos contenus psychiques inconscients deviennent conscient. On retrouve souvent cette image. Pendant le Déluge, l’épreuve se termine quand la colombe revient avec un brin d’olivier au bec, signe qu’enfin  on trouve une terre émergée, ce qui signifie que dans le travail d’individuation, ce chemin d’identité que symbolise Noé et le déluge, les contenus psychiques enfouis dans l’inconscient sont devenus conscients.

Les oiseaux , Tsipora, comme le prénom de la femme de Moïse,( le féminin intérieur de Moïse ,celui qui traverse les eaux de l’inconscient) est ce qui lui permet l’envol spirituel, l’oiseau est une allégorie de l’esprit qui s’élève et voyage dans les cieux. Après avoir compris le message des profondeurs de l’inconscient avec les poissons ,l’homme s’ouvre par le haut et devient la coupe  recueillant les informations venues d’en -haut, du monde de l’esprit, du ciel, de Dieu, des anges, de la Conscience Suprême…

 

Les animaux qui rampent sur la terre, racontent nos instincts, nos sentiments, nos pulsions de vie.

Le rêve nous est donné pour nous permettre de « lire » d’ interpréter » nos contenus psychiques inconscients  afin de les rendre conscient. Cela nous permet de conscientiser les choses, de nous développer , de guérir. Le rêve est un médecin, un guérisseur .Si nous le méprisons, il s’évapore comme la rosée au petit matin. Les alchimistes utilisent cette image du recueil de la rosée au petit matin. Dans le  Mutus Liber on voit des personnages essorer des draps emplis de rosée en pleine nature: recueillir la rosée de nos rêves…qui nous enseignent et nous transmettent une juste vision des choses et de plus qui nous permettent de passer à l’action comme le disait si justement le psychanalyste Tobie Nathan.

Vous avez dormi. Vous vous réveillez… et voilà que le seul bout de rêve dont vous vous souvenez semble incompréhensible « sans queue ni tête », il ne veut rien dire! mais si il veut dire! Il contient la réponse demandée. Le problème et souvent que nous nous attendons à tel type de réponse et ce n’est pas forcément comme çà que nous parvient la réponse. Je me souviens qu’un jour j’étais partie dans la nature, chez moi, pour une courte « Quête de vision ». J’avais demandé à voir plus clair dans ce qui m’entravait alors, car je ne me sentais plus en paix à l’intérieur de moi, je portais un poids dont j’ignorais la cause, enfin je l’occultais. Je suis rentrée bredouille de cette quête, agacée même  je n’avais pas cessé de me piquer les pieds dans les épines de salsepareille qui tapissent le sol à certains endroits. Chasse bredouille, mauvaise pêche. Ce n’est que quelques jours plus tard que j’ai compris la réponse pourtant claire de l’univers à ma question. Je parlai avec une amie qui se plaignait des difficultés qu’elle avait avec sa mère à gérer  à la maison. Le lien s’est aussitôt établi. Les pieds, qui sont en contact avec la terre, symbole de la mère, les pieds sont liés à la mère surtout la plante des pieds. Les piqûres de salsepareille sous mes  pieds incarnaient le problème  relationnel avec ma mère, qui était aigu à ce moment là de ma vie,  et annonçait les soucis qui allaient venir  en même temps qu’elle …Alors voilà: la réponse est toujours donnée. Un peu de patience, vous ne l’entendrez  peut- être pas de suite, par contre restez ouverts, soyez tout ouïe! Ne forcez rien avec l’intellect; Lâcher prise et restez confiants, dans la gratitude, ouverts et émerveillés!

à suivre…

 

 

 

Laisser un commentaire